Avant tout

Mises en garde

Si vous entendez un bruit de “clic” répétitif, un bruit de frottement métallique ou tout autres sons inquiétants, surtout après une chute ou un choc. Déconnectez le disque IMMÉDIATEMENT sinon vous risquez de créer des rayures sur les plateaux. Cela concerne aussi les disques qui claquent quelques fois puis qui s’arrêtent de tourner. Aucun logiciel ou solution en ligne ne pourra vous aider. C’est un problème physique et nous devons l’ouvrir en salle blanche.

Si vous n’entendez plus les plateaux tourner à l’intérieur, collez votre oreille au boitier (pas sur la carte électronique!) pour mieux entendre le démarrage, il est possible que le disque tente de tourner et qu’on entende un léger son comme un “bip”. Déconnectez-le immédiatement, vous risquez de créer des rayures. Aucun logiciel ou solution en ligne ne pourra vous aider. C’est un problème physique et nous devons l’ouvrir en salle blanche.

Pour les serveurs, quand plusieurs disques appartiennent à une grappe RAID, évitez de les connecter à un ordinateur et surtout pas à une autre carte RAID. Si un ou plusieurs disques sont dégradés dans le système, retirer les disques du serveur, ils doivent avoir des problèmes physiques et/ou de microprogramme. Pensez à les identifier dans le bon ordre avant de les sortir du serveur.

Ce diagnostic devrait être réalisé avec des disques durs sortis de leur boîtier USB ou de l’ordinateur puis branchés directement avec leur connectique originale (SATA). Cela nécessite que vous ayez un ordinateur avec une tour et que vous puissiez accéder aux connecteurs SATA de votre carte mère. Il est quand même possible de le faire avec le câble USB si l’on s’assure que le boitier USB n’a aucun problème.

Si le disque dur semble avoir un comportement normal au moment de la connexion. Les plateaux commencent à tourner puis les têtes vont se déplacer rapidement pour chercher les informations dans un bruit léger, agréable et non linéaire (non cyclique). Dans ce cas, vous pouvez continuer votre auto-diagnostic en choisissant votre système d’exploitation ci-dessous.

Windows

Macintosh

Linux

AVANT DE COMMENCER
– Retirer les disques externes, clés usb et cartes mémoires présentement connectés à votre ordinateur.
– Pour tester un disque interne, vous devez d’abord le sortir de l’ordinateur et le connecter (avec un boitier USB ou SATA) à un ordinateur qui fonctionne.

Windows

La gestion des disques avec Windows

1 – Cliquez sur le bouton Windows (en bas à gauche) et rechercher “Gestion de l’ordinateur”. Puis, cliquez sur “Stockage” et “Gestion des disques”. Cette fenêtre devrait apparaître.

Dans cet exemple, il y a un seul disque (disque 0), le disque interne de l’ordinateur, découpé en 6 partitions et 2 espaces vides. La taille des partitions et le système de fichiers de chacune apparaissent correctement.

2 – Vous pouvez maintenant connecter votre disque dur à diagnostiquer et vous allez le voir apparaître en l’espace d’une dizaine de secondes maximum (dans ce cas-ci, sur la ligne Disque 1, la ligne Disque 0 étant occupé par le disque interne de l’ordinateur).

3 – Si le disque à une ou plusieurs partitions et que celles-ci affichent une taille cohérente et un système de fichiers (cas de Windows : NTFS, exFAT, FAT), votre disque devrait être reconnu normalement dans l’Explorateur de fichiers de votre Windows. S’il ne l’est pas, nous devrions utiliser un logiciel.

4 – Si le disque est rapide à être reconnu mais qu’une seule partition apparaît avec l’indication “RAW”, votre disque a un problème avec le système de fichiers ou de mauvais secteurs à la surface des plateaux, qui l’ont corrompu. Nous pouvons tenter un balayage avec un logiciel mais s’il y a des erreurs, arrêtez immédiatement le programme.

5 – Si le disque est lent, plus de 20 secondes pour être reconnu ou qu’il n’apparaît tout simplement pas, nous devons faire un diagnostic plus approfondi avec des outils spécifiques en laboratoire.

Si vous êtes en présence des cas 3 ou 4, veuillez lire nos mises en garde concernant les logiciels de récupération de données. Ne vous acharnez pas, pour ne pas aggraver le problème.

Précautions : nous vous donnons des indications générales mais chaque cas est différent et chaque marque de disques durs peut avoir des comportements différents.

Nos diagnostics sont gratuits et sans engagement, profitez-en pour faire appel à nos experts en récupération. Si vos données sont précieuses, ne prenez pas de risques inutiles de corrompre ou détruire vos données définitivement.

MACINTOSH

L’Utilitaire de disque avec MAC

1 – Cliquez sur la loupe en haut à droite et recherchez “Utilitaire de disque”. Cette fenêtre devrait apparaître.

Dans cet exemple, il y a un seul disque interne (WDC WD30….), le disque interne de l’ordinateur. L’utilitaire nous indique que le disque a une capacité de 3To et que son système de fichiers est correctement reconnu comme MAC OS étendu journalisé.

2 – Vous pouvez maintenant connecter votre disque dur à diagnostiquer et vous allez le voir apparaître (dans ce cas, comme un disque externe) en une dizaine de secondes maximum.

3 – Si le disque affiche une capacité cohérente et un système de fichiers Mac OS, votre disque devrait être reconnu normalement dans Finder. S’il ne l’est pas, cela signifie que le système de fichiers de la partition est corrompu et nous devrions utiliser un logiciel.

4 – Si le disque est rapide à être reconnu mais qu’une seule partition apparaît avec le mot “RAW”, votre disque a un problème avec le système de fichiers ou de mauvais secteurs à la surface des plateaux. Nous pouvons tenter un balayage avec un logiciel mais s’il y a des erreurs, arrêtez immédiatement le programme.Un diagnostic approfondi doit être fait en laboratoire.

5 – Si le disque est lent, plus de 20 secondes pour être reconnu ou qu’il n’apparaît tout simplement pas, nous devons faire un diagnostic plus approfondi avec des outils spécifiques en laboratoire.

Si vous êtes en présence des cas 3 ou 4, veuillez lire nos mises en garde concernant les logiciels de récupération de données. Ne vous acharnez pas, pour ne pas aggraver le problème.

Précautions : nous vous donnons des indications générales mais chaque cas est différent et chaque marque de disques durs peut avoir des comportements différents.

Nos diagnostics sont gratuits et sans engagement, profitez-en pour faire appel à nos experts en récupération. Si vos données sont précieuses, ne prenez pas de risques inutiles de corrompre ou détruire vos données définitivement.

LINUX

L’utilitaire de disque avec LINUX

1 – Cliquez sur la recherche rapide de votre Linux et tapez “Utilitaire de disque”. Cette fenêtre devrait apparaître.

Dans cet exemple, il y a un seul disque de 512Gb, le disque interne de l’ordinateur. L’utilitaire nous indique le découpage en partitions et reconnaît bien leur système de fichiers.

2 – Vous pouvez maintenant connecter votre disque dur à diagnostiquer et vous allez le voir apparaître en quelques secondes maximum (dans ce cas-ci, comme un nouveau volume).

3 – Si le disque à une ou plusieurs partitions et que celles-ci affichent une taille et un système de fichiers cohérent, votre disque devrait être reconnu normalement dans l’Explorateur de fichiers de votre OS. S’il ne l’est pas, nous devrions utiliser un logiciel.

4 – Si le disque est rapide à être reconnu mais qu’une seule partition apparaît avec l’indication “RAW”, votre disque a un problème avec le système de fichiers ou de mauvais secteurs à la surface des plateaux, qui l’ont corrompu. Nous pouvons tenter un balayage avec un logiciel mais s’il y a des erreurs, arrêtez immédiatement le programme. Un diagnostic approfondi doit être fait en laboratoire.

5 – Si le disque est lent, plus de 20 secondes pour être reconnu ou qu’il n’apparaît tout simplement pas, nous devons faire un diagnostic plus approfondi avec des outils spécifiques en laboratoire.

Si vous êtes en présence des cas 3 ou 4, veuillez lire nos mises en garde concernant les logiciels de récupération de données. Ne vous acharnez pas, pour ne pas aggraver le problème.

Précautions : nous vous donnons des indications générales mais chaque cas est différent et chaque marque de disques durs peut avoir des comportements différents.

Nos diagnostics sont gratuits et sans engagement, profitez-en pour faire appel à nos experts en récupération. Si vos données sont précieuses, ne prenez pas de risques inutiles de corrompre ou détruire vos données définitivement.

LOGICIELS DE RÉCUPÉRATION DE DONNÉES

Important pour ne pas détruire définitivement les données.

Il existe des centaines de logiciels de récupération de données, gratuits ou professionnels à plusieurs milliers de dollars. Forcément, il y en a des bons et des mauvais. Nous ne recommandons pas de logiciel en particulier mais nous vous donnons des avertissements généraux qui les concernent tous.

1 – Ne JAMAIS installer le logiciel sur le disque dur où vous cherchez les données (cas des disques internes) et ne jamais dire au logiciel d’écrire les données qu’il trouve sur le disque où se trouve les données que vous cherchez. Vous avez 100% de chance de les détruire définitivement et nous ne pourrons plus rien pour vous. L’éditeur du logiciel ne vous le dira pas avant le paiement.

2 – Ne JAMAIS utiliser un logiciel de récupération sur des disques qui ont des problèmes physiques (mécaniques ou firmware). Un nombre important de secteurs défectueux n’empêchera pas toujours votre disque dur d’être reconnu. Mais, utiliser un logiciel de récupération, qui devra balayer tous les secteurs du disque, risque d’aggraver la panne si les secteurs sont trop nombreux. Dans le pire des cas, il risque de créer un crash des têtes sur les plateaux et des rayures. Vous pouvez utiliser un bon logiciel qui va vérifier le SMART (l’état de santé) du disque avant. Le SMART n’est pas pris en charge avec les anciens modèles de disque et uniquement avec une connexion SATA directe.

3 – Arrêtez le balayage (scan) de votre disque si celui-ci prend trop de temps. Pour un disque classique de 500Gb à 2000Gb, le balayage ne devrait pas durer plus de 2 à 5h. S’il dépasse cette durée ou que la barre de progression n’avance pas régulièrement, il y a un problème de secteurs défectueux qui bloquent les têtes de lecture au même endroit. Le plus gros risque est un crash des têtes sur les plateaux qui rendra la récupération impossible (même en laboratoire).

4 – Vérifiez que le logiciel est capable de récupérer les fichiers que vous cherchez. Certaines extensions de fichiers, si elles ne sont pas connus du logiciel ne seront pas sauvées car le logiciel ne les connais pas ou les ajoute en vrac. La plupart sont capables de sauver les fichiers classiques (jpg, doc, xls, pdf, etc…) mais si vous cherchez des extensions de fichiers spécifiques à un logiciel que vous utilisez, vérifiez qu’ils sont pris en charge.

5 – Si la récupération est partielle ou que de nombreux fichiers sont corrompus, votre disque a certainement un problème plus grave qui doit être traité par un autre moyen. Nous vous invitons à faire un diagnostic en laboratoire car il y a très certainement un problème de microprogramme ou de têtes de lecture “faibles”.

Nos diagnostics sont gratuits et sans engagement, profitez-en pour faire appel à nos experts en récupération. Si vos données sont précieuses, ne prenez pas de risques inutiles de corrompre ou détruire vos données définitivement.

Si vos données sont importantes, ne vous acharnez pas. Au risque d’aggraver la panne ou de rendre les données impossible à sauver.

Vous n’êtes pas certain(e) de la panne ? Faites un diagnostic gratuit.

Diagnostic gratuit